La gestion des données à l’heure des changements technologiques

Des sujets tels que le big data et le self-service imposent de nouvelles exigences aux entreprises en matière de gestion des données. Une étude actuelle décrit les défis et les avantages.

Un changement (stratégique) vers une économie axée sur les données est actuellement en cours. De nombreux décideurs découvrent la valeur (réelle) des données et des informations pour le succès de leur entreprise et souhaitent donc rendre les données plus complètes et plus rapidement utilisables pour eux-mêmes. Ils attendent des possibilités d’application innovantes et rentables de la part de l’informatique et des départements commerciaux. Cela augmente considérablement la pression exercée sur les responsables de la gestion des données pour qu’ils réussissent et agissent.

Dans les services financiers en particulier, les problèmes de gestion des données, tels que les longs délais de mise en œuvre, la maintenance coûteuse, la gestion de volumes de données croissants et la diversité des sources et des structures de données, sont connus depuis des années. Les exigences croissantes dues au Big Data les exacerbent.

Une étude réalisée par Barc auprès de plus de 340 participants d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse a examiné de plus près les thèmes de la gestion des données, de l’entreposage des données et de l’intégration des données.

Les unités commerciales sont les moteurs de la gestion des données

Presque toutes les entreprises considèrent les sujets “classiques” de la gestion des données, tels que l’intégration des données, l’entrepôt de données et l’architecture des données, comme “critiques” ou “importants”. Pour le big data, cela ne concerne actuellement que 34 % des personnes interrogées.

La plus grande prise de conscience de la valeur des données se reflète dans le fait que, avec 62 % de toutes les mentions, une attente accrue dans les services est le déclencheur de changement le plus fréquent. Cependant, le désir de changement et d’amélioration des pratiques est notamment contré par le manque de ressources, dont se plaignent 60 % des répondants. La maintenance, et a fortiori le développement des systèmes actuels, déjà complexes, sont ainsi massivement entravés.

L’absence de stratégie en matière de données est un problème

Le décalage entre les aspirations et la réalité en matière de gestion des données se reflète également dans l’absence de mise en œuvre organisationnelle d’une stratégie centrale correspondante en matière de données. Cette dernière est une condition préalable à tout changement réussi dans la gestion des données, car ce n’est que grâce à elle que les nouvelles approches et techniques peuvent être testées et intégrées de manière significative, que les données restent cohérentes et que les architectures restent stables et flexibles à la fois.

En fait, seules 45 % des entreprises disposent aujourd’hui d’une stratégie en matière de données, et seules 10 % d’entre elles ont une stratégie couvrant toutes les données de l’entreprise.

Dans le même temps, l’étude montre qu’une stratégie en matière de données est désormais un facteur de différenciation évident entre les entreprises “les meilleures de leur catégorie” et leurs concurrents, et qu’elle apporte effectivement des avantages économiques.

Infographie Le Big Data en transition

L’infographie suivante résume les principales conclusions de l’étude et donne un aperçu des défis de la gestion des données d’entreprise à l’ère du Big Data.

Vous pouvez accéder à l’étude via Laterpay.

Êtes-vous déjà un lecteur Premium ? Les abonnés Premium au Bank Blog ont un accès direct et gratuit aux informations de référence de l’étude. Vous n’êtes pas encore un lecteur premium ? un service du Bank Blog.

Le Bank Blog passe en revue chaque semaine un grand nombre d’études pour vous et présente celles qui sont pertinentes pour vous. En tant que service spécial, vous serez soulagé de la recherche des options de référence et de téléchargement et serez redirigé directement vers le site du fournisseur. En soutenant ce service, vous soutenez également les reportages du Bank Blog.