Nom de domaine et hébergement web : comment ça marche ?

nom de domaine

Créer son entreprise c’est bien, mais lui donner les moyens de réussir c’est encore mieux. La plupart de vos activités doivent pouvoir être vulgarisées au public avec fluidité. Compte tenu des réalités ainsi que des tendances du moment en matière de communication digitale, créer un site internet est devenu une solution pertinente pour développer son activité. Dans le cadre de cette conception, certaines questions comme celle du domaine et celle de l’hébergement web surgissent inévitablement. Une meilleure compréhension de ces sujets se révèle donc opportune.

Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?

Un nom de domaine (NDD) est l’adresse de votre site web. Sur internet, chaque ordinateur est repéré grâce à une série de nombres séparés par des points, appelée adresse IP. Il n’est pas évident pour la plupart des gens de retenir chaque série pour chaque site. Il est donc important de choisir un nom de domaine pour régler ce problème. C’est une chaine de caractères (sous la forme www.xxxxxx.yyy) facile à garder pour le public et qui permet d’accéder à votre site. Un domaine www.xxxxxx.yyy est scindé en plusieurs niveaux, à savoir :

  • Le domaine de premier niveau ou TLD (yyy) ;
  • Le domaine de second niveau (xxxxxx) ;
  • Le sous-domaine (www).

Il permet aux autres ordinateurs de connaitre précisément la localisation du site sur les serveurs. Il est très important que votre NDD reflète votre identité. En effet, un nom de domaine est un identifiant unique indispensable qui permet de trouver un et un seul site web pro ou non dans le monde. Avant qu’il ne soit réellement relié à votre site, il est nécessaire d’enregistrer votre domaine.

Comment fonctionne l’enregistrement du domaine ?

Pour pouvoir enregistrer votre domaine, il vous faut suivre 6 étapes :

  1. Réfléchir au nom que vous voulez, puisqu’il va vous représenter sur le web.
  2. Anticiper l’éventualité que le nom que vous avez choisi soit déjà pris et donc à en préparer des variantes.
  3. Effectuer une recherche sur le site d’un registraire pour savoir si le NDD choisi pour votre site internet est toujours disponible.
  4. Lancer la commande de votre domaine.
  5. Paiement des frais d’inscription. Le montant varie généralement en fonction de votre TLD.
  6. Pointer votre NDD sur un hébergement web.

Qu’est-ce qu’un hébergement web ?

L’hébergement web peut être défini comme le lieu de stockage des fichiers qui constituent votre site web. Pour vous permettre de bénéficier de cet emplacement, l’agence web qui offre ce service a recours à des serveurs. Un serveur web est une machine (un périphérique) connectée à internet qui permet de stocker votre site internet. Pour faire simple, lorsqu’un utilisateur tape votre NDD au niveau de son navigateur, ce nom est traduit en adresse IP du serveur qui stocke votre site. C’est ce dernier qui se charge de renvoyer au navigateur de l’utilisateur les pages demandées.

Comment fonctionne un hébergement web ?

Pour bien comprendre le fonctionnement d’un hébergement web, il faut au préalable prendre conscience de l’existence de plusieurs types d’hébergement web. Le fonctionnement varie selon le type choisi. À cet effet, il existe quatre types d’hébergement :

  • hébergement mutualisé,
  • hébergement dédié,
  • hébergement VPS,
  • hébergement cloud.

Dans un hébergement mutualisé, votre site partage le même espace de stockage que plusieurs autres sites internet. L’ensemble des sites présents sur le même serveur se partage les ressources de celui-ci. C’est une solution qui convient à un site web pro. Ce type d’hébergement peut être illustré par une location d’appartement. Dans cette forme de location, vous partagez le même bâtiment ainsi que plusieurs autres éléments en communs avec vos voisins, tout en ayant votre propre espace.

L’hébergement sur un serveur dédié implique que vous êtes le seul locataire ou le seul propriétaire du serveur. C’est la solution idéale pour les sites qui ont un trafic assez important et qui nécessitent une grande rapidité d’affichage. L’hébergement VPS (Serveur Privé Virtuel) fonctionne un peu comme un hébergement mutualisé sauf que le nombre d’occupants (sites) du serveur est limité à 20. De plus, aussi bien l’espace disque que la capacité de mémoire sont répartis équitablement à tous les hôtes du même serveur. Il limite donc de manière significative le potentiel de développement de votre site. Il convient tout de même aux sites tests et aux petits sites. Enfin, l’hébergement cloud présente la particularité d’anticiper les cas de panne. En effet, en cas de panne le serveur qui héberge les fichiers de votre site peut solliciter les ressources extérieures d’un autre serveur dédié.