Tout savoir sur le flux de trésorerie

Le bénéfice d’une période est défini dans la comptabilité comme la différence entre les produits et les charges. Cependant, il serait erroné de considérer le bénéfice comme une “pièce qui sonne” dans la caisse de l’entreprise. Il y a des revenus qui n’ont pas été associés à des paiements dans la période correspondante. Par exemple, des produits et des services sont vendus, mais les clients et les acheteurs ne paient les factures que plus tard. D’autre part, et cela est positif pour la réception et la détention de liquidités, il y a des dépenses qui ne sont pas associées à des paiements, dans la période. Cela inclut l’amortissement et la constitution de nouvelles provisions.

Cash-flow

Le terme “cash-flow” est utilisé pour transférer le bénéfice au niveau de la trésorerie. Le cash-flow d’une période est défini comme la différence entre les recettes et les dépenses en espèces d’une entreprise au cours d’une année. Le cash-flow est, donc, un chiffre de période, tout comme les dépenses, les revenus et les profits.

On serait tenté de comprendre le cash-flow comme la partie du profit qui a été reçue sous forme d’argent. Toutefois, dans de nombreux cas, le flux de trésorerie est plus important que le bénéfice. Cela est dû au fait que des postes de dépenses importants n’affectant pas les liquidités (hors caisse) ne sont pas associés à des paiements, au cours de la même période. Il s’agit notamment des amortissements et des dotations nettes aux provisions.

Que signifie flux de trésorerie ?

Le flux de trésorerie indique les liquidités dont disposent les dirigeants ou les investisseurs en actions, au moins pendant une certaine période. Par exemple, si une machine est amortie et que les produits fabriqués à l’aide de la machine sont vendus et que le produit de la vente est reçu sous forme de liquidités, la direction pourrait investir le montant de l’amortissement dans un premier temps jusqu’à ce que la machine soit remplacée, par exemple, un actif financier pourrait être réalisé dans l’intérêt des investisseurs en actions.

Dans la définition donnée, les paiements d’intérêts ne font pas partie du flux de trésorerie, ce sont des dépenses en espèces. Toutefois, il existe des variantes du flux de trésorerie dans lesquelles les paiements d’intérêts ne sont pas déduits. De cette manière, un flux de trésorerie est calculé en faveur de tous les prêteurs, y compris les prêteurs. Dans ce cas, toutes les dépenses affectant le flux de trésorerie sont déduites des revenus affectant le flux de trésorerie, à l’exception des intérêts payés. Il faut faire attention ici car, dans de nombreux cas, on ne souligne pas spécifiquement quelle définition a été utilisée pour déterminer le flux de trésorerie.

Lorsqu’il s’agit des flux de trésorerie des années à venir et que les données nécessaires sont tirées du budget ou du plan d’entreprise, c’est souvent le cas : dans de nombreux cas, les plans d’entreprise nécessitent certains investissements.

Le free cash-flow

La différence entre le cash-flow et les paiements pour ces investissements est ce qu’on appelle le free cash-flow, en abrégé FCF. Il ne s’agit pas d’investissements de remplacement ou d’expansion en tant que tels.

Le FCF est calculé en déduisant du flux de trésorerie les paiements relatifs aux investissements dont la mise en œuvre et la réalisation sont une condition préalable à la réalisation des flux de trésorerie tels qu’ils sont définis dans le plan d’entreprise.

Dans de nombreux cas, le FCF est, donc, inférieur au flux de trésorerie. Si une telle mesure donne lieu à des paiements, par exemple dans le cas d’un désinvestissement, ces paiements font que le FCF dépasse le flux de trésorerie.

Une autre chose est importante, si le flux de trésorerie d’une période passée est calculé, les chiffres peuvent être tirés des états financiers annuels. Si le flux de trésorerie d’une période future est concerné, les données doivent être tirées du plan d’entreprise. Dans ce dernier cas, il s’agit d’une estimation d’une quantité incertaine, c’est pourquoi il vaut mieux parler de flux de trésorerie attendus (ce que personne ne fait).

Les évaluations de l’entreprise qui se concentrent sur les flux de trésorerie ou les flux de trésorerie disponibles visent le financement interne, la capacité de crédit et la valeur de l’entreprise : les quatre questions sont les suivantes

  • Quel est le potentiel de la décoration intérieure ?
  • Quelle est la “puissance financière” de l’entreprise pour une politique d’investissement indépendante de l’augmentation de capital ou de l’emprunt ?
  • Quelle est la capacité de l’entreprise à rembourser les prêts ?
  • A quel niveau la valeur de l’entreprise doit-elle être estimée ?

Le flux de trésorerie peut être déterminé en divisant les revenus en deux groupes selon qu’ils ont été, sont ou seront associés à des rentrées de fonds au cours de la même période. De même, les dépenses sont divisées en deux groupes selon qu’elles sont ou non associées à des paiements au cours de la même période. Le flux de trésorerie est la différence entre l’argent liquide (entrées de fonds) et l’argent liquide (sorties de fonds).

Cette méthode de calcul est dite directe. Il y a un deuxième calcul, indirect. Elle assimile, d’abord, le cash-flow au profit, mais le réduit par les revenus qui ne sont pas des recettes et l’augmente par les dépenses qui ne sont pas des décaissements. Le flux de trésorerie est égal au bénéfice moins les revenus non monétaires plus les dépenses non monétaires.

  • Résultat net de l’exercice
  • Amortissement et dépréciation des actifs immobilisés
  • Réductions de valeur sur actifs immobilisés
  • Modifications des dispositions relatives aux pensions et obligations similaires ou autres dispositions à long terme
  • Modification du poste spécial avec caractère de réserve partielle
  • Autres dépenses ou revenus matériels non monétaires
  • Flux de trésorerie annuel
  • Dépenses ou revenus matériels, inhabituels en espèces
  • Flux de trésorerie

La méthode directe n’est guère accessible aux analystes externes, ce qui a conduit à la généralisation de la méthode indirecte.

Deux autres termes sont directement liés au calcul indirect, on entend par flux de trésorerie brut le flux de trésorerie si l’on exclut toutes les variations des actifs courants. Ainsi, le cash-flow brut est pratiquement égal à la somme des bénéfices et des amortissements. Le flux net de trésorerie tient compte des variations du fonds de roulement, c’est-à-dire que le flux net de trésorerie correspond au flux de trésorerie tel qu’il est défini.